9 mars 2014 : Sortie à Thumeries

Club de Randonnées des Chamois Nord Béatrice et Bernard Belsot
Secrétariat : Thérèse Charlet 245 rue Raoult 03 20 52 92 41/06 99 45 36 70
59134 Fournes en Weppes 03 20 50 22 96

Contrairement à ce que l’on avait prévu pour le dimanche 9 mars 2014, nous ne ferons pas la randonnée que l’on avait imaginée à partir du moulin de Vertain, (ce n’est que partie remise, mais à cause des travaux pour les endives, il y a une cinquantaine de mètres impraticable).

Nous vous proposons un parcours à l’emplacement d’une ancienne voie ferrée Pont à Marcq - Pont de la Deûle, (d’où son surnom de PP), qui transportait les ouvriers de la sucrerie Béghin Say ainsi que les betteraves et le sucre en retour, on aura l’occasion de voir la plaque commémorative pour les 24 personnes décédées (19 femmes et 5 hommes de 16 à 41 ans), lors d’un accident de train le 17 février 1948 car le chef de gare de Thumeries, (distrait ?) laissa partir un train bondé d’ouvriers sur une voie unique où arrivait un train de marchandises qui avait pris du retard. Il y eut également une quarantaine de blessés ! Cette voie de chemin de fer a été créée en 1896 et abandonnée en 1993.
Nous partirons vers Mons en Pévèle en étant au sec sur un chemin encaillouté par du sable grossier, mais prendre de bonnes chaussures de randonnée et des vêtements chauds.

Rendez-vous sur le parking de la mairie de Thumeries, le 9 mars à 14h pour un départ impératif à 14h15.

Pour s’y rendre de Lille, prendre l’autoroute A1 en direction de Paris, attention au début 90 km/h et radar puis 110 km/h et radar, sortir vers la droite sortie Seclin N° 19, (à partir de cette sortie il est toujours indiqué Thumeries sur un des panneaux), au feu à droite jusqu’au rond point d’où l’on sort à droite (3e route) puis tout droit, un autre rond point, puis encore un autre où l’on prend la 3e route D8. On traversera successivement Martinsart, Attiches, Petit-Attiches, puis la forêt domaniale de Phalempin, au rond-point du « Leu Pendu » on continue tout droit vers La Neuville que l’on traverse jusqu’à la route D954 où l’on prend à gauche vers Thumeries. Passer devant l’Eglise à droite, le Château Blanc à gauche, 80 mètres plus loin prendre à droite vers la mairie, (il est indiqué centre ville), le parking est à gauche 100 mètres plus loin, (il y a des travaux en ce moment sur la moitié du parking, il faudra peut-être tourner juste devant l’école).
Nous pourrons parler de l’histoire de la sucrerie qui est très liée à celle de la ville depuis l’an X (fondation de la ferme Coget dans laquelle est née l’activité sucrière locale). N’oublions pas qu’un certain Delessert a trouvé la façon d’extraire le sucre de la betterave quand la France n’avait plus accès à la canne à sucre du fait du Blocus Continental sous Napoléon Ier.
Et Louis Crespel-Delisse né à Lille en 1789 crée à Arras en 1810 (à 21 ans) la première fabrique française de sucre de betterave.
Mr Joseph Coget a commencé comme brasseur à Faches, puis sucrier à Thumeries en 1821 avec son gendre Ferdinand Béghin (1804-1867), puis son fils Ferdinand (le 2e) Beghin (1840-1895) lui a succédé en 1868 puis les frères Henri Béghin (1873-1944) et Joseph Béghin (1871-1938) (aussi maire de la commune de 1919 à 1938) qui sont les vrais développeurs de l’usine et sont devenus des industriels fabricants de sucre. De plus, Joseph était aussi fabricant de papier mais aussi président du Crédit du Nord et administrateur de la Cie des Chemins de Fer du Nord. Puis Ferdinand (le 3e) Béghin (1902- 1994) dirige la société à partir de 1938, en 1967, il rachète l’entreprise sucrière Say ! L’usine est reconstruite vers 1970, rachetée en 1982 par le groupe Eridania puis en 2002 par un groupe mutuel d’agriculteurs (4 fois plus petit que Béghin-Say) Tereos qui ne laisse subsister que l’activité de conditionnement du sucre et la recherche (80 personnes actuellement).

Le restaurant « l’Estaminet JDD » ouvrira tout spécialement pour nous vers 17h pour le pot de l’amitié.
Au plaisir de se revoir, cordialement.

Quelque questions : Qu’est ce que des cossettes ? L’égout ? A quoi sert la chaux et le gaz carbonique pour la fabrication du sucre ? Le sucre est-il du glucose, du fructose ou du saccharose ? Qu’est-ce que la mélasse ? Qu’est-ce qu’une cuite ? Qu’est-ce que le talus à Thumeries ? Pourquoi n’y a-t-il pas de rue Louis Malle à Thumeries ? Le long du parcours, une pierre « bleue » est datée, quelle date et qu’est ce que cela signifie ? Trouver un aulne sur ce parcours ?

A Thumeries existent 4 châteaux, presque 5 :le château blanc (1541), le château de Bellicamps (15e) mais reconstruit par Ferdinand Béghin après la guerre 14-18, le château Henri Béghin (1890), le château Malle construit pour le mariage de Françoise Béghin (1900-1982) et de Pierre Malle, maison natale de Louis Malle (1932-1995 aux USA), et l’ancienne cense de la Ténarderie qui existait avant la révolution.

NB : la réponse définitive à la question posée en janvier sur l’emplacement d’inhumation du Général Faidherbe, après recherche mutuelle d’un mois et demi avec une des secrétaires du cimetière de l’Est qui se posait la même question : « on lit parfois que ce tombeau (au cimetière de l’Est) est un cénotaphe, et que Faidherbe est inhumé ailleurs : il n’en est rien. Inhumé en premier temps aux Invalides », après des funérailles nationales à Paris « ses restes (donc pas ses cendres) furent ultérieurement transférés dans ce caveau, sarcophage orné d’un médaillon par Eugène Déplechin ». Plus tard, les cendres d’ Achille Testelin dans une urne y ont été également déposés dans le même caveau .


Séjours d'été

Promenades, randonnées, fleurs, animaux et fraîcheur!

Séjours d'hiver

Neige, raquettes et ski dans un cadre majestueux !